Brevet pour l'abbé Pagi de Valbonne

Brevet pour l’abbé Pagi de Valbonne

De par le dieu de la marotte,

Nous, intendant de la calotte,

Aux calotins savoir faisons,

Et qui plus est nous commandons

De recevoir cette police

Commme un beau titre de justice.

À cet effet nous ordonnons

Que tous les braves champions,

Tel que lest notre abbé Valbonne,

Qui mal écrit et mal raisonne,

Soient à jamais deshonorés

Ainsi quil la bien mérité.

Surtout il gagne la victoire,

Des calomnies faisant gloire,

De plus, soutenant des forfaits

De Girard maudit à jamais.

Il tient le rang dune mégère

En abusant lesprit vulgaire.

Quil est dangereux et malin,

Plein de fiel et de venin,

Il tient encore de la folie.

Il en aura toute sa vie,

Et cest pourquoi la Société

A bien voulu quil fût jeté

Hors de son corps comme lunaire

Et traître comme apothicaire.

Partout il est un grand diseur,

Insigne fourbe, grand menteur,

Témoin cet infâme volume

Auquel il a prêté sa plume.

Il fait, dit-il, dautres ouvrages

Qui sont daccoucheur ; ses usages,

Ma foi, les femmes mériteraient

Qui en danger se trouveraient.

mais il voudrait tirer salaire

Ce qui ne doit, ni peut se faire.

Pourtant de grands et si beaux traits

Nous lui payons les intérêts,

Et voulons quen maligne bête

Il les porte dessus sa tête.

Ces intérêts seront de plomb,

Fait en calotte et pour raison,

Et de peur que sa cervellette

Les intérêts ne nous répète,

Nous voulons que tout Provençal

Pour le guérir de tout son mal

Porte sans cesse dans sa poche,

Si vous voulez dans sa sacoche,

Une calotte de plomb bien fort

Pour la lui donner tout dabord.

Numéro
$4573


Année
1732


Références

Turin, p.139-41

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, Calotte, Brevet pour l’abbé Pagi de Valbonne, partisan de Grirard