Compliment que le geôlier des prisons d'Aix a fait au Père Nicolas carme à son arrivée

Compliment que le geôlier des prisons d’Aix
a fait au Père Nicolas Carme à son arrivée
Soyez le bienvenu, bon Père Nicolas,
Quelques-uns publiaient que vous ne viendrez pas ;
Les uns disaient : peut-être il n’ose pas venir ;
Et d’autres au contraire : il viendra se blanchir ;
Ceux-ci : il craint Girard ; et ceux-là : Ô que non :
Un Carme ne craint pas un Jésuite brouillon,
Et s’il a tant tardé de venir se remettre,
C’est que, par son malheur, il n’était pas son maître.
Il avait la gravelle et ne pouvait pisser ;
Les médecins à peine ont pu y remédier.
Voilà, dis-je, mon cher, les sots raisonnements
Qui jusqu’ici ont fait tous nos amusements.
Cependant aujourd’hui chacun change de ton,
Et moi, tout le premier je dis avec raison
Que tout ce qu’on disait n’était que calomnie,
Puisque votre retour de tout vous justifie
Et leur fait reconnaître que véritablement
Vous êtes attaqué d’un mal rude et cuisant.
Je suis, bon Nicolas, accablé de tristesse
De voir qu’on vous maltraite avec tant de rudesse,
Et que mal à propos on tâche de blanchir
Le coupable accusé et l’innocent noircir.
Mais n’appréhendez rien, car l’arrêt équitable
Déclarera bientôt le jésuite coupable.
La Cadière innocente, aussi bien que son frère,
Auront le même sort que vous, Révérend Père.
Adieu donc, je vous quitte et prie le Seigneur
Qu’il veuille soulager vos peines, vos douleurs
Et pour que votre mal devienne moins cuisant,
Je veux bien vous céder tout mon appartement.

 

Numéro
$1950


Année
1731

Description

30 vers


Références

F.Fr.23859, f°38v-39r

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, avant le jugement du parlement d'Aix, le P. Nicolas, carme