Chanson

Chanson
Si j'étais enfant de Loyola,
Je serais plus méchant qu'Attila,
De l'enfer, du ciel et de la terre
Je braverais le maître souverain.
Tous les rois tremblant sous mon tonnerre
Seraient soumis au pontife romain.

Quel pays et quel siècle maudit !
Tout s’y fait par brigue et crédit,
Le barreau gémit et Rome tonne ;
Nos engagements, nos libertés, nos droits,
On ne sait où se tient la Sorbonne
Et le clergé n’a plus ni foi ni loi.

Allons, gai, Messieurs de Loyola,
Divertissez-vous par ci et par là ;
Séduisez les filles à confesse
Et faites-leur tout ce qui vous plaira,
Débauchez enfants, femmes, maîtresses :
Le parlement d’Aix vous approuvera.

 

Numéro
$1945


Année
1731 (Castries)

Sur l'air de ...
Puissant roi (Castries) / Le diable malicieux et fin / Martinet était un franc vaurien

Description

2 x 6


Références

Clairambault, F.Fr.12702, p.301 - Maurepas, F.Fr.12632, p.299 - F.Fr.15145, p.343-44 (deux derniers couplets) - F.Fr.23859, f°37 (deux derniers couplets) / Mazarine Castries 3985, p.205-06 (manque le premier couplet)

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, après la décision de la cour, toute-puissance maléfique des jésuites