Calotte pour l'abbé de Valbonnette

Calotte pour l’abbé de Valbonnette
Sachant que l’abbé de Valbonnette,
Cette tête d’escarpolette,
Tantôt directeur fort zélé,
Aujourd’hui sans nulle amourette,
Demain donnant dans la fleurette,
Aujourd’hui vivant maigrement
Demain faisant très bonne chère,
Aujourd’hui parlant sagement,
Demain donnant dans la chimère
Tantôt dévot sans exemplaire
Et tantôt le plus scandaleux,
Soutient Girard l’apothicaire,
Cet homme si miraculeux
Et prend des pierres contre ceux
Qui veulent l’accuser d’inceste
De quiétisme et tout le reste
Dont on a la témérité
De taxer ce saint personnage
Aussi célèbre en vérité
Aussi pieux, prudent et sage
Qu’Escobar et que Molinos
Nullement des custodinos [?]
Nous, commandant de la Calotte,
Voulons que ce digne sujet
Qui par nous se remue et trotte
Ne puisse point dire en effet
Qu’on l’oublie et qu’on l’abandonne,
Mais que très fort nous l’estimons.
Dès aujourd’hui nous le nommons
Archevêque de Babylone
Dont il prendra possession
Lorsque Sabatier, ce grand homme,
Sans boutade et sans passion
La voudra rendre pour Sodome.
Assignons à ce grand prélat
Pour son revenu et ses rentes
Tout ce que rendent les patentes
Qu’on expédie au consulat
De cette tant fameuse ville,
Comptant que dans ce pays-là
Il ne sera pas inutile,
Étant ce fils de Loyola
Désintéressé, fort habile.
Fait en l’année que le corbeau
Par un accident tout nouveau
Est absous et que la colombe
Sous le poids du crédit succombe.

 

Numéro
$2038


Année
1731

Description

47

 


Références

F.Fr.23859, f°151

Mots Clefs
Jansénisme, Girard/Cadière, abbé de Valbonnette, favorable à Girard, calotte