Épigramme sur l'arrêt du parlement d'Aix

Épigramme sur l’arrêt du parlement d'Aix1
Qu’un scélérat évite le trépas2,
Que par le crédit et la brigue
Girard ait pu sortir d’intrigue,
Cela ne me surprend pas.
Mais qu’à sa mort3 pour saint on nous le donne,
Et qu’on nous croie assez benêts
Pour penser qu’on juge des faits
Au ciel comme au parlement d’Aix,
C’est là ce qui m’étonne4.

 

  • 1. On trouble encore de temps en temps les mânes du Père Girard. Voici un couplet qui s'oppose à la canonisation que la Société prétendait en faire (Journal de la cour et de Paris).
  • 2. Qu'un criminel
  • 3. Cette pièce doit être de l’année 1733. On lit à cette date dans le Journal de Barbier : « Le 4 de ce mois d’août, le fameux P. Girard est mort dans la maison des jésuites à Dôle. On a répandu qu’il était mort en odeur de sainteté. » (R)
  • 4. Sur la mort du père Girard que les jésuites ont voulu faire passer pour un saint. Pour y parvenir ils firent courir un écrit fort ridicule où ils disaient entre autres que père Girard très laid pendant sa vie était devenu beau comme un ange après sa mort. (Castries)

Numéro
$0751


Année
1733 (Castries)

Sur l'air de ...
Voilà ce qui m’étonne (Castries)

Description

9 vers


Références

Raunié, V,291-92 - Clairambault, F.Fr.12702, p.449 - Maurepas, F.Fr.12633, p.228 - F.Fr.12675, p.91 - F.Fr.15133, p. 168 - F.Fr.15137, p.95 - F.Fr.15243, f°5v et f°179v -Arsenal 2932, f°109 - Arsenal 2934, p.111-19 - BHVP, MS 542, p.193-94 - BHVP, MS 658, p.70 - Mazarine MS 2166, p.322 - Mazarine Castries 3985, p.387 - Lille 69, p. 282-83 - Journal de la cour et de Paris, p.157

 

Mots Clefs
Jansénisme, Girard, mort, parlement d'Aix