Critique du mandement du cardinal Tencin sur l’affaire de M. l’évêque de Senez

Critique du mandement du cardinal Tencin
sur l’affaire de M. l’évêque de Senez
Dis-nous, saint et savant prélat,
Est-ce pour te venger du célèbre avocat
Qui sut prouver ta simonie,
Ou pour faire ta cour au roi d’Italie
Et venir au cardinalat,
Que dans ce jour avec éclat
Tu caches la haine ou l’envie ?
Sous le voile du bien de Dieu et de l’État
Dans un ouvrage délicat
Où l’on reconnaît le génie
D’un célèbre auteur apostat ?
Ne crains-tu pas que le sénat1,
Ennemi de la tyrannie,
Du spirituel potentat
De punisse son attentat
En le couvrant d’ignominie ?

Réponse
Qu’il juge, ce fier parlement,
Qu’il condamne à son gré l’ouvrage de La Motte2.
S’il fait brûler mon mandement,
Il fera rougir ma calotte.

  • 1. Le Parlement (M.).
  • 2. Houdar de La Motte, de l’Académie française, prétendu être auteur du mandement de M. de Tencin du 26 décembre 1730 qui condamne la Consultation des 40 avocats. (Stromates)

Numéro
$2681


Année
1728

Description

16 + 4 de réponse


Références

Clairambault, F.Fr.12695, p.672M - F.Fr.10475, f°274r - F.Fr.13659, p.301 - Stromates, I,11-12

Mots Clefs
Jansénisme, Critique du mandement du cardinal Tencin sur l’affaire de M. l’évêque de Senez