Epitaphe de M. Brillon

Épitaphe de M. Brillon, curé de Saint-Roch
Passant, arrête et considère
Jusqu’où peut aller la misère
De l’humaine condition.
La mort, sous qui chacun succombe,
Vient de coucher sous cette tombe
Un prêtre dont l’ambition
Excite la compassion.
Jouet infortuné d’un aveugle caprice,
Tantôt ami du vrai, tantôt de l’injustice,
On le vit successivement,
Sous Noailles bon janséniste,
Devenir outré moliniste
Sous le pontificat suivant,
Vil esclave de la fortune,
On le vit quitter lâchement
La cure de Sainte Opportune
Pour avoir celle de céans.
Telle fut de ses jours la déplorable histoire.
Il n’est plus et la Bulle en perdant ce soutien
Perd un persécuteur de tous les gens de bien.
Mais il manque, lecteur, ce trait à sa mémoire :
Des riches il fut méprisé,
Des pauvres il fut détesté.
Il vécut peu de temps et mourut quoi qu’en dise
Trop tôt pour la Société,
Trois mois trop tard pour cette église1.

 

  • 1. Trop tard pour le repos de l'Église (BHVP)

Numéro
$2838


Année
1739

Description

25 vers


Références

Clairambault, F.Fr.12708, p.3345-46 - Maurepas, F.Fr.12635, p.179-80 - F.Fr.13655, p.115-16 - F.Fr.13662, f°209r-209v - F.Fr.15149, p.219-20 - F.Fr.15231, f°252r - BHVP, MS 659, p.113-14 - BHVP, MS 665, f°285

Mots Clefs
Jansénisme, Brilllon, curé de Saint-Roch, opportuniste détesté, ci-gît