Épitaphe des jésuites

 

 

Épitaphe des jésuites1

Pour la tranquillité publique,

Et pour l’intégrité des lois,

Ci-gît le corps jésuitique,

L’opprobre de l’Église et l’assassin des rois ;

Pélagien dès sa naissance,

Pharisien dans tous les temps,

Persécuteur de l’innocence,

Il ne dut qu’aux forfaits ses progrès étonnants.

Si son exécrable mémoire

Va jusqu’à la postérité

C’est que l’horreur comme la gloire

Conduit à l’immortalité.

 
  • 1. 23 octobre 1773. Un janséniste charitable n’a pas manqué de faire l’épitaphe des jésuites. On présume du moins, à l’énergie de cette pièce, qu’elle part d’une main très ennemie de la Société. Voici comment celle-ci est définie. (Mémoires secrets) - On voyait à peu près à la même époque entre les mains de plusieurs personnes des copies manuscrites de deux pièces de vers français contre les jésuites, productions qu’enfante ordinairement l’esprit de parti, et qui toujours sont favorablement accueillies de la moins saine portion du public, en même temps qu’elles sont rejetées par les âmes honnêtes. Suivent ces deux pièces (Hardy). Présentation de $5819 et $5820.

Numéro
$5819


Année
1773 septembre

Description

12 vers

Notes

Le même poème, légèrement modifié, sert à la satire du ministre Brienne en 1788. Voir $1607 (1788)


Références

F.Fr.13651, p.265 - Mémoires secrets, IV, 417

Mots Clefs
Jansénisme, épitaphe des jésuites, ci-gît