Contre Mme de Graffigny

 Contre Mme de Graffigny1

Jeune et belle l’on devient riche2 ;

De jour en jour on s’arrondit :

Vieille et pauvre l’on n’a que l’affiche

De dévote ou de bel esprit.

Ces métiers donnent à repaître ;

Mais le premier s’apprend sans maître,

L’autre exige plus de façon ;

Oui, jadis ; mais aujourd’hui, non.

Romans, lettres, pièces sifflées

D’auteurs femelles, tout est bon.

Broutez donc, bêtes épaulées,

Mais au bas du sacré vallon.

  • 1. Vers de M. Roy sur Mme de Graffigny, auteur de Cénie. (BHVP, MS 661)
  • 2. Roy a fait une épigramme contre Mme de Graffigny, si l’on peut appeler épigramme des injures grossières rimées et sans bon mot à la fin. Roy, dont le talent pour les opéras et les ballets est universellement reconnu, est peut-être le plus vil coquin qui soit dans le royaume. Ses moeurs basses empêchent qu’on ne lui rende toute la justice qu’on lui doit pour ses ouvrages lyriques (Collé).

Numéro
$3482


Année
1750 juillet

Auteur
Roy

Description

11 vers

Notes

Voir $3483 qui en est la reprise inversée.


Références

Clairambault, F.Fr.12720, p.121 - F.Fr.10478, f°447 et 462 -F.Fr.15153, p.382-83 - NAF.9184, p.433 -  BHVP, MS 661, f°44r - Collé, I,205-07 - Toulouse BM, MS 861, p.282

Mots Clefs
Ignoble satire contre Madame de Graffigny