sans titre

Est-il donc vrai que je ressemble

Par la taille et par le minois

A cette beauté qui rassemble

Toutes les grâces à la fois1 ?

Adorable La Martelière,

Le parallèle vous déplaît,

Mais n’en soyez point en colère.

On peut vous ressembler en laid,

Qu’est-ce que ça vous fait, qu’est-ce que ça vous fait ?

 

Je dois à votre ressemblance

La conquête de mon amant ;

Quand il est dans mes bras il pense

Jouir d’un objet plus charmant.

Souffrez au moins que j’en profite.

Tous les jours il va jusqu’à sept,

Vous en avez tout le mérite

Et moi je n’en ai que l’effet,

Qu’est-ce que ça vous fait, qu’est-ce que ça vous fait ?

  • 1. Ces deux couplets sont de Mademoiselle Rabon, danseuse à l’Opéra, qu’elle adresse à la belle Madame de la Martelière, à qui elle se fait avec raison honneur de ressembler (M.).

Numéro
$5510


Année
1734 (Castries)

Auteur
Rabon (Mlle) danseuse

Sur l'air de ...
Comme v'la qu'est fait (Castries)

Description

2 x 8


Références

Mazarine Castries 3986, p.146

Mots Clefs
Hommage de Mlle Rabon, danseuse, à Mme de la Martelière