Sans titre

Va t’en voir s’ils viennent, Jean

Stanislas1 presque aux abois

Dit, le Roi, mon gendre

Et mes amis, les François

Se font bien attendre.

Va t’en voir s’ils viennent, Jean,

Va t’en voir s’ils viennent.

  • 1. Le roi Stanislas attendait un secours qu’on devait lui envoyer pour faire lever le siège de Dantzig aux Moscovites. On envoya effectivement trois régiments à cinq ou six cents lieues de chez eux composant en tout trois petits bataillons pour faire lever le siège à une armée de douze mille hommes. La Czarine, apprenant l’arrivée de ce secours, disait qu’il fallait que chacun de ces Français eût au moins une bouteille de vin de Champagne avec eux pour faire la guerre, apparemment à coups de verre. C’est dans cette belle expédition que l’ardeur de M. de Plélo, ambassadeur pour lors en Suède, lui coûta la vie à l’attaque (M.)

Numéro
$5490


Année
1734 (Castries)

Sur l'air de ...
Va t'en voir s'ils viennent, Jean (Castries)

Description

Huitain dont refrain


Références

F.Fr.15141, p.336 - Mazarine Castries 3986, p.24-25 - Stromates, I, 424

Mots Clefs
guerre de succession de Pologne, triste situation du roi Stanislas