sans titre

La nuit, moi, Polichinelle,

Sans jour, lampe, ni chandelle,

Me suis mis dans la cervelle

De forger une chanson.

Si pour me chercher querelle,

Quelqu’un dit, c’est bagatelle

Que cette chanson nouvelle,

Ce quelqu’un est un oison.

 

Or la voici telle quelle,

C’est sur la guerre cruelle

Où l’Allemand on harcèle,

Et de la bonne façon

D’Asfeld avec sa séquelle

Et l’ennemi qui chancelle

Fait enfiler la venelle

Comme on fit delà les monts.

 

Pour son Roi, farci de zèle,

Coigny qui du Pô se mêle

Et qui recogne, martèle,

Fit cette opération.

Naples Don Carlos appelle

Et la Sicile comme elle

Se mettra sous la tutelle

De ce prince qu’on dit bon.

 

Le parti lâche et rebelle

Formé par une femelle

Aura, ma foi, de la pelle

Au cul, sans rémission.

Voilà ma chanson fidèle.

Ma femme la trouve belle

Et moi je la trouve telle,

Bran pour ceux qui diront non.

Numéro
$5516


Année
1734 (Castries)

Sur l'air de ...
Trembleurs (Castries)

Description

4 x 8


Références

Mazarine Castries 3986, p.157-58

Mots Clefs
guerre de succession de Pologne, Maréchaux Coigny et d'Asfeld