Epigramme de M. de Caux contre le poète Piron

Epigramme de M. de Caux contre le poète Piron

Quand Timandre à Paris entonna la trompette,

Des rimeurs tels que toi le faible essaim trembla ;

Dijon au bruit de sa musette

D’applaudissements le combla,

Et Beaune enfut si satisfaite

Qu’elle vint en ses mains remettre une houlette

Faite du bois qui t’étrilla.

 

                 Réponse de Piron

Foin de votre trompette et de mon flageolet,

Je donnerais pour rien mon paiement et le vôtre.

J’eus des coups de bâton, vous des coups de sifflet

Le premier aux rimeurs fait plus d’honneur que l’autre.

 

Numéro
$7071


Description

Huitain + quatrain


Références

Pièces libres de M. Ferrand (Londres, 1738) éd. de 1747, p.152

Mots Clefs
Querelle littéraire - Epigramme de M. de Caux contre le poète Piron