Sur le comte d’Orvilliers

Sur le comte d’Orvilliers1
Vous entendez toujours la messe,
Et n’entendez jamais raison ;
On vous voit aller à confesse
Quand il faut tirer le canon :


Grand dévot n’est qu’un petit homme ;
Quittez vos profanes desseins,
Aujourd’hui que chacun vous nomme
Vice-amiral des capucins2.

  • 1. Autre titre : Epigramme contre M. le comte d’Orvilliers, commandant la flotte française au combat d’Ouessant (F.Fr.13653) - « Les badauds de Paris, qui admirent et dépriment sur parole et sans savoir pourquoi, s’étaient imaginé que le comte d’Orvilliers allait conquérir l’Angleterre ; aujourd’hui, avant de connaître les raisons des excuses qu’il peut alléguer, ils font des épigrammes contre lui ; en voilà une qui roule sur la qualité de dévot qu’a depuis longtemps ce général. » (Mémoires secrets)
  • 2. Deux couplets échappés à la méchanceté de quelque plume aussi injuste que caustique. Ils sont adressés à un homme auquel on ne saurait refuser de grands talents, Mémoires secrets, t. VII.

Numéro
$1467


Année
1779

Description

Huitain


Références

Raunié, IX,238 -F.Fr.13653, p.9 - BHVP, MS 705, f°239v - Marseille BM, MS 533, f°33r - Mémoires secrets, XIV, 180-81 - Mémoires secrets, 9 octobre 1779, t. VII, p.362-63 - CSPL, VIII, 363 - Choix d'épigrammes, p.161-62

Mots Clefs
Epigramme contre M. le comte d’Orvilliers, commandant la flotte française au combat d’Ouessant