Éloge de M. Malesherbes

Éloge de Malesherbes1
Ah ! qu’on aime la bonhomie,
Qui dans ta grande âme s’allie
Aux grands talents ;
Tout Paris fête Malesherbe2,
Le plus grand et le moins superbe
Des revenants.

Jadis l’orateur qu’on renomme,
De l’exil revenant à Rome,
Eut même accueil :
Mais le Cicéron de la France3
De l’autre a toute l’éloquence
Sans son orgueil.


Amis, sa gloire l’embarrasse ;
Il faudra pourtant qu’il s’y fasse.
Mais filons doux ;
Et nous reposant sur l’histoire
Sans plus lui parler de sa gloire
Buvons-y tous.

A celui qui si bien conseille
Son maître, dont il a l’oreille,
Buvons aussi ;
A sa santé ! je vous la porte.
Mais disons que le diable emporte
On sait bien qui.

  • 1. Autre titre : Couplets sur la nomination de M. Lamoignon de Malesherbes à la place de ministre de Paris (F.Fr.13652)
  • 2. Chrétien‑Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, premier président de la cour des Aides, succéda au duc de La Vrillière dans les fonctions de ministre de la maison du Roi, le 20 juillet. « On assure, notaient les Mémoires secrets, qu’il a beaucoup de peine à accepter cette place, gémissant d’avance sur les horreurs dont il va prendre le long détail et qu’il ne pourra pas réparer en entier. On croit que c’est par amitié pour M. Turgot qu’il s’est enfin déterminé à venir à la cour, pour donner plus de prépondérance aux objets patriotiques du premier, qui jusqu’à présent ont essuyé beaucoup de contradictions. »
  • 3. Malesherbes s’était distingué à la tête de la cour des Aides par de remarquables remontrances, en 1771 notamment, lors du coup d’État de Maupeou, et en 1774, lors du rétablissement de la cour. (R)

Numéro
$1397


Année
1775

Auteur
Saurin

Description

4 x 6

Notes

Cette pièce, que les Recueils manuscrits indiquent comme composée à l’occasion de la nomination de Malesherbes au ministère, était antérieure à cet événement, puisque Métra l’a transcrite dans sa Correspondance au mois de janvier, en l’attribuant à Saurin. (R) -  En voici de M. Saurin pour M. de Malesherbes ; ils sont faits à table. Il y a du naturel et de la négligence (La Harpe)


Références

Raunié, IX,52-54 - F.Fr.13652, p.291-92 - Correspondance secrète, t.I, p.169-70 -  La Harpe, CL, t.I, p.53-54

Mots Clefs
Eloge de Malesherbes devenu ministre de la maison du Roi