Sans titre

Toujours, toujours le sort me fut propice1 :

Quand vous dansez,

Mes vœux sont excusés,

Vous me récompensez

Par un trop beau salaire.

Mais le bal de d’Estaing,

Du soir jusqu’au matin,

Occupe encor plus l’Angleterre.

 

Jamais, jamais on ne verra la France

Au fier Anglais

Accorder du succès.

Croyez-en les progrès

Qu’il fait dans la cadence.

Mais à qui les doit-il ?

Mon prince est trop subtil

Pour ne pas être un bon maître de danse.

  • 1. M. de Beaumarchais, qui ne perd pas une occasion, ayant appris le succès de ses couplets, n’a pas manqué de se trouver sur le passage du Roi, feignant de s’entretenir avec le docteur Franklin. Il a reçu de Sa Majesté un signe de tête qui ne parut pas de mauvais augure. Aussitôt sa muse accoucha des deux couplets suivants sur son air si connu : Toujours, toujours, il est toujours le même.

Numéro
$6429


Année
1779

Auteur
Beaumarchais

Sur l'air de ...
Toujours, toujours, il est toujours le même

Description

2 x 8


Références

Mémoires secrets, 4 octobre 1779, t. VIII, p.355

Mots Clefs
D'Estaing, prise de la Grenade