Portrait satirique fait par Roy sur Moncrif qui lui a donné des coups de bâton

Portrait satirique fait par Roy

sur Moncrif qui lui a donné des coups de bâton1
Muses, reprenez le pinceau
Ou pour jamais je vous abjure.
Il faut par quelque trait nouveau
Peindre Moncrif. Quoi ! Ce cerveau ?
Lui-même. Son orgueil murmure
De ce que de vous nul tableau
N’immortalise sa figure.
Votre paresse est une injure.
Fût-il jamais sujet plus beau ?
Muse, reprenez le pinceau,
Ou pour jamais je vous abjure.
D’un zéphire badin
Qui folâtre avec Flore
Ou d’un amant malin
Qui sur le sein de l’objet qu’il adore
Médite un doux larcin,
Prenez l’air enfantin,
Muse, et demain
Au lever de l’aurore
Le crayon à la main,
Offrez-vous au poupin
Prête à lui tracer son mérite.
Tout est possible à l’art divin ;
Qu’il parle et qu’à rire il excite
Non par enjouement libertin,
Non par bons mots d’élite
Tels qu’à Piron dans un festin
Le dieu Mome souvent en dicte,
Mais par le ton pédant et vain
Dont sa morgue sans fin
Sait enfler les riens qu’il débite.
Placez Phoebus dans un lointain
Qui du sifflet l’invite
À rimailler quelque dizain
Pour loyer du terrain
Qu’au bourbier du Pinde il habite.
Plus loin encore placez le Rhin,
Et qu’en-deçà soit la guérite
D’où notre Trivelin
Bravait cet été le Germain
À la manière de Tersite.
Item en cercle féminin,
Que l’air précieux l’accrédite
Chez le bourgeois qui s’en irrite,
Qu’il piaffe d’un ton de dédain
Et qu’à la cour en parasite
Il soit flatteur patelin.
Pour composer œuvre érudite,
Qu’il pense, repense et médite
Et qu’en dépit de son latin
De Rodillard et de Griffin
La légende proscrite
Soit huée aussitôt qu’écrite ;
Qu’il ajoute au bouquin
Quelque drame mesquin
Qu’à huis-clos on excite ;
Qu’il ait la perruque à boudin,
L’épaule haute, l’escarpin,
Que son cerveau de vent soit plein,
Que sa tête toujours s’agite,
Et pour ne rien omettre enfin
Qu’il soit aussi fat que Crispin
Jouant un marquis en visite.

 

  • 1. Ultime réaction à une polémique née d'un poème de Moncrif ($1769).Une note sur ce texte propose une mise au point sur cette querelle littéraire.

Numéro
$4751


Année
1734 décembre

Auteur
Roy (Pierre-Charles)

Description

63 vers


Références

 Clairambault, F.Fr.12705, p.245-47 -Maurepas, F.Fr.12633, p.343-45 -  F.Fr.13661, p.579-81 - F.Fr.15147, p.25-29 - BHVP, MS 659, p.63-66

Mots Clefs
Roy contre Moncrif. En liaison avec $1769.