Contre l’Académie française

          Contre l’Académie

Si tu prétends un jour avoir ta niche

Dans ce beau temple où sont quarante élus,

Et d’un portrait guindé vers la corniche

Charmer les sots quand tu ne seras plus.

Ja n’est besoin de chef-d’œuvre bien ample,

Mais de flatter le sacristain du temple ;

Puis ce Monsieur t’ouvrira le guichet ;

Puis de lauriers tu feras grande chère ;

Puis immortel seras comme Porchère,

Martin, Cotin, et La Harpe, et Danchet.

Numéro
$7644


Auteur
Rivarol

Description

Dizain


Références

Choix d'épigrammes, p.191 - Satiriques des dix-huitième et dix-neuvième siècles, p.234

Mots Clefs
Contre l’Académie, trop accueillante aux médiocres