Epitaphe sur M. d'Argenson

Épitaphe sur M. d’Argenson1
Ci-gît un grand chef de justice
L’épouvantail de nos catins,
Qui dans un cloître de nonnains
Trépassa de la chaude-pisse2.

 

Autre version:

Ci-gît ce chef de la justice,

Lequel, maltraitant les putains

et vivant parmi les nonnains

a péri par la chaude-pisse (Marais)

 

Autre version :

Ci-gît le chef de la police

Jadis la terreur des catins,

qui dans un couvent de nonnains

Trépassa de la chaude-pisse. (Grenoble 587)

 

  • 1. D'Argenson, lieutenant de police, avait dans ses attributions la surveillance de la prostitution. On disait d'autre part qu'il s'employait avec trop de zèle à l'inspection des couvents, qui était aussi de sa compétence. Sa liaison avec Mme de Villemont, supérieure du couvent de la Madeleine du Traisnel, était publique et souvent chansonnée.
  • 2. Il mourut le 18 mai 1721 dans le couvent de la Magdelaine de Traniel (s’écrit ainsi et se prononce Tresnel) faubourg Saint-Antoine, où il s’était retiré. C’était un homme des plus entreprenants et des plus laborieux. Il donnait quelquefois le sceau à 10 et 11 heures du soir et ses audiences à minuit et il passait tous les jours à la Magdelaine où il était soupçonné d’être amoureux de la prieure, nommée Mme de Villemont. (R)

Numéro
$2846


Année
1721

Sur l'air de ...
Réveillez-vous, belle endormie (Castries)

Description

Quatrain

Notes

Cette épitaphe paraît assez juste, car c'est une suite de cette malade qui l'a emporté. On assure que le peuple a fait mille avanies quand on a transporté son corps du couvent de Resnel où il est mort, faubourg Saint-Antoine, à Saint-Nicolas-du-Chardonnay, en mai 1721, où il est enterré.

 


Références

1725, I,52 - 1726, 39 - 1732/1735, I,55 - 1752, I, 55 - F.Fr.9352,  f°101r - F.Fr.10475, f°231r - F.Fr.13655, p.207 - F.Fr.15143, p.194 - F.Fr.25570, p.244 -  BHVP, MS 639, p.206 - BHVP, MS 659, p.7 - Mazarine Castries 393, p.118 - Mathieu Marais, Journal (juin 1721) - Grenoble BM, MS 587, f°56r - Lille BM, MS 66, p.211

Mots Clefs
comte d'Argenson, ci-gît