Complainte sur les adieux d l'empereur

Complainte sur les adieux que fait l’empereur

au Roi de France et à toutes les couronnes

Cruel coup qui m’accable,

Retarde ta fureur,

Tu m’attaques à ma table,

Moi qui suis Empereur,1

Point de rigueur

Calme un peu ton ardeur

Est-ce mon  heure ?

Faut-il donc que je meure ?

 

Cela est incroyable

Qu’il faille m’en aller ;

Je suis un homme affable

Qui veut tout accorder

À mes alliés.

Ceux qui m’ont protégé

Dans mes contrées

Je ne puis les quitter.

 

Ce monarque Louis Quinze

M’a élu empereur,

Je n’ai plus de provinces.

Il me faut d’un grand cœur,

Avec honneur,

Aller voir le Seigneur ;

N’ayant horreur,

Je n’ai aucune peur.

 

Mon fils très légitime,

Je vous laisse en ces lieux,

Je n’ai plus de victime,

Je vous fais mes adieux.

Les larmes aux yeux

Faut quitter ces grands lieux,

Prier mon Dieu

Qu’il me place dans les cieux.

 

Vous tous, princes et princesses,

Qu’êtes portés pour moi,

Et tous gens de noblesse

Venez auprès de moi

Sans nul effroi

Je vous dira pourquoi

La mort a droit.

 

Toute l’empire ensemble

Faites enfin désormais,

C’est la commune loi

À mon fils des exemples

Pour qu’il n’oublie jamais

Tous les bienfaits

Aussi tous les projets

Que mille fois

J’ai soutenu la loi.

 

Verrai-je en ma présence

Les horreurs de la mort

Réduire ma puisssance

Et mon plus grand support.

Tu frappes à tort,

Ô redoutable mort !

Jette ton sort

Ailleurs que sur mon corps.

 

Dans les plus grands calmes

Au milieu des combats

Si la fureur des armes

M’avait mis au trépas

Je n’aurais pas

Un regret à mes pas

Dans cet état

Je meurs dans l’embarras.

 

Grand monarque de France

Je vous fais mes adieux ;

Que Dieu par sa puissance

Vous conserve en tous lieux

Victorieux

Au comble de vos vœux,

Le Roi des Cieux

Soit guide de nos feux.

 

Adieu l’art militaire,

Bons soldats généreux,

Je m’en vais dans la gloire

Prier le Roi des Cieux

De bien vouloir

Au comble de mes vœux

Me recevoir

Avec les Bienheureux.

  • 1. Charles de Bavière.

Numéro
$8188


Année
1745

Sur l'air de ...
Que la mort est cruelle

Description

10 x 8


Références

Maurepas, F.Fr.1648, p.29-32

Mots Clefs
Complainte sur les adieux que fait l’empereur au Roi de France et à toutes les couronnes