Chanson sur les généraux français en Allemagne , en mars 1742

Chanson sur les généraux français en Allemagne,

en mars 1742

Quand on fit Fouquet général

Chacun dit : le grand homme,

On ne vit jamais son égal

De Paris jusqu’à Rome.

Il surpassera Scipion,

La faridondaine, la faridondon

C’est un Hannibal et demi biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Le Chevalier, son précepteur,

Est bien plus admirable

Pour la guerre et pour la valeur

Il est incomparable

Fleury, donne lui-lui le bâton

La faridondaine, la faridondon

Son choix sera fort applaudi biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Il n’est plus donné qu’aux Fouquets

De jouer de grands rôles,

Ils vont par leurs justes projets

Etre l’honneur des Gaules.

Louis leur doit son grand renom

La faridondaine, la faridondon

Le Cardinal tout son crédit biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Ce général ambassadeur

A su par sa prudence

Faire choisir un empereur,

Fort utile à la France.

S’il en coûte tant de millions

La faridondaine, la faridondon

C’est qu’on en regorge ici biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Tandis qu’il s’intrigue à Francfort

Tout rit à notre armée.

Voyez à son premier abord

L’Allemagne alarmée.

Sans conduire ses légions

La faridondaine, la faridondon

Il règle tout par son esprit biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Pour mieux combattre l’Allemand,

Divisant ses cohortes,

Par ce nouvel arrangement

Il les rendra plus fortes.

En corps jadis les menait-on

La faridondaine, la faridondon

Un autre usage il établit biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Il a choisi des lieutenants

Qui n’ont pas grand mérite ;

Mais il seront obéissants,

Du reste il les en quitte.

S’il n’avait choisi que les bons

La faridondaine, la faridondon

Les drôles auraient obéi biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Leuville abandonne son camp,

Un autre le remplace

Neuperg s’y campe sur-le-champ

Ce qui nous embarrasse

Pour la communication

La faridondaine, la faridondon

Mais l’on s’en passera ici biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Pour mettre à contribution

D’Aubigné prend les armes,

Le laurier pour ce champion

Fut toujours plein de charmes.

C’est sa plus grande passion

La faridondaine, la faridondon

Aussi en a-t-il beaucoup pris biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Dans Lintz Ségur très prudemment

Enferme sa cohorte,

Puis il en sort tambour battant

Par la plus belle porte.

Pour conserver nos bataillons

La faridondaine, la faridondon

Il fallait bien qu’il se rendît biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Ainsi jadis auprès d’Hochtet

Nous mîmes bas les armes

Ce qui fit un très bel effet.

Pour sauver nos gendarmes

Le grand Louis le trouva bon

La faridondaine, la faridondon

Le Denonville le dit aussi biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Polastron voudrait des combats

Qui ne coûtassent guère.

Ce général n’aime pas

Une douteuse affaire.

Il ne fait pas le fanfaron

La faridondaine, la faridondon

Il sait bien prendre son parti biribi

A la façon de barbari, mon ami

 

Dites-nous Broglie, où courez-vous ?

Tout est fait en Bohême.

Nos ennemis se trouvent tous

Dans un état extrême,

Et vous verrez nos légions

La faridondaine, la faridondon

Qui sont dans l’abondance ici biribi

A la façon de barbari, mon ami.

 

C’est à vous qu’on doit, grand Fouquet,

Cette belle campagne.

Nous savions que vous étiez fait

Pour dompter l’Allemagne

Sans avoir tiré le canon

La faridondaine, la faridondon

Vous triomphez de l’ennemi biribi

A la façon de barbari, mon ami.

Numéro
$6302


Année
1742

Sur l'air de ...
La Faridondaine

Description

14x 8 dont refrain


Références

Clairambault, F.Fr.12710, p.65-68 -  Maurepas, F.Fr.12646, p.61-65 - F.Fr.12675, p.421-24 - F.Fr.15134, p. 567-75 - F.Fr.15140, p.51-56 - F.Fr.15150, p.220-29 - Arsenal 3133, p.474-77 - Arsenal 4844, f°115r-116v -BHVP, MS 549, f°71r-74r (dans le désordre) -  Mazarine Castries 3988, p.30-36

Mots Clefs
Chanson sur les généraux français en Allemagne , en mars 1742, surtout Belle-Isle