Les Commissaires de la chambre de justice

Les commissaires de la Chambre de justice1
Or, écoutez petits et grands,
Le malheur de tous les traitants,
Aussi bien que des gens d’affaires,
Opprimés par six commissaires,
Qui, comme vrais loups ravissants,
Les déchirent à belles dents.

Lamoignon2, tout fier et bouffi
De son cordon du Saint-Esprit,
Dit : « Ce ne sont que des canailles
Qu’il faut remettre sur la paille. »
Fagon ne veut que les purger,
Et Des Forts les veut égorger.

Quoique Portail3 ait l’esprit doux,
Il hurle bien avec les loups.
Fourqueux4 avec son air honnête
N’est qu’une fort maligne bête,
Et Rouillé, plus dur qu’un caillou,
Dit qu’il faudrait les pendre tous.

Portail imite ses aïeux,
Se servant de rasoirs comme eux
Pour écorcher les gens d’affaires.
Fourqueux, fils d’un apothicaire,
Dans son métier s’est surpassé ;
Prions Dieu pour les trépassés.

Or, apprenez, petits et grands,
Le nom qu’il avait ci-devant,
Nom qu’ont toujours porté ses pères5,
Qui ne donnaient que des clystères.
C’était Fourcul et non Fourqueux
Que s’appelaient tous ses aïeux.

Cette affreuse Inquisition
Condamne sans distinction
Avec le fripon, l’honnête homme.
Devant ces messieurs c’est tout comme ;
Il suffit qu’on ait de l’argent,
Ils le prennent impunément6.

Noailles, ministre important,
Plus absolu que le Régent7,
Leur commande d’un ton d’audace :
« Messieurs, ne faites point de grâce ;
Aimez le roi, servez-le bien,
Faites son profit et le mien. »

Vous qui, d’un cœur plus qu’inhumain,
Taxez la veuve et l’orphelin,
Craignez que votre tour ne vienne,
Et que, pour prix de votre peine,
Vous n’ayez le sort d’Enguerrand8,
Lorsque notre roi sera grand.

Or, prions le grand Dieu vivant
Et tous les saints du firmament
Qu’il nous conserve Louis Quinze
Jusqu’en sept cent quatre-vingt-quinze,
Pour venger son peuple opprimé
Par ce tribunal enragé.

  • 1. Autre titre: Chanson sur les six commissaires de la chambre de justice nommés pour faire les taxes des gens d'affaire (Arsenal 2961)
  • 2. Chrétien de Lamoignon (1676‑1729), marquis de Basville, fut successivement avocat au parlement, avocat du roi au Châtelet de Paris, conseiller au parlement (1698), président à mortier en survivance de son père, le 30 août 1706, et président de la Chambre de justice (1716). Il avait épousé (5 sept. 1706) Marie‑Louise Gon, fille de Louis Gon, seigneur du Broc et maître des comptes. (R)
  • 3. Antoine Portail (1674‑1736), seigneur de Vaudreuil et de Chatou, avait été avocat du roi au Châtelet, conseiller au parlement de Paris (1697), avocat général (1698) et président à mortier (1707), lorsqu’il fut nommé président de la Chambre de justice. Il devint premier président en 1724, et fut reçu la même année à l’Académie française. (R)
  • 4. Bouvard de Fourqueux, petit‑fils du premier médecin de Louis XIII, était le beau‑frère de Rouillé, auquel il devait sa place de procureur général à la Chambre des comptes. (R)
  • 5. Il s’appelle Bouvard de son nom de famille. Fourqueux est le nom de sa terre près de Saint‑Germain‑en‑Laye. (M.) (R)
  • 6. On trouvera dans le Journal de Buvat et dans la Vie privée de Louis XV par Moufle d’Angerville, les huit rôles des taxes imposées par la Chambre de justice. (R)
  • 7. « Le duc de Noailles et Rouillé voulurent absolument une Chambre de justice contre les financiers ; ces deux hommes étaient maîtres absolus de ce qui était finance ; cela passa donc au Conseil de régence. » (Saint-Simon.) (R)
  • 8. Enguerrand de Marigny, surintendant des finances sous Philippe le Bel, avait soulevé contre lui des haines violentes par l’altération des monnaies et l’établissement de nouveaux impôts. A l’avènement de Louis X, on lui fit son procès, et il fut condamné à mort et pendu à Montfaucon, le 30 avril 1315. (R)

Numéro
$0161


Année
1716 (Castries) / 1717

Sur l'air de ...
Pendus (Castries)

Description

9 x 6


Références

Raunié, II,133-36 - Clairambault, F.fr.12696, p.196-98 - Maurepas, F.Fr.12629, p.3-5 - F.Fr.9351, f°255r-256r - F.Fr.10475, f°170 -  F.Fr.12500,p.142-43 - F.Fr.12673, p.275-78 -  - F.Fr.13656, p.471-73 -  F.Fr.15131, p.159-62 -  NAF.9184, p.207-08 - Arsenal 2390, p.250-52 - Arsenal 2930, p.161 - Arsenal 2937, f°199r-200r - Arsenal 2961, p.359-61 et 378 (strophes 4 et 5) - Arsenal 2975/3, p.84-86 - Arsenal 3115, f°167r-168r - Arsenal 3132, p.261-63 - BHVP, MS 551, p.335-37 - BHVP, MS 580, f°77r-78v - Mazarine, MS 2163, p.346-49 - Mazarine Castries 3981, p.425-27 - Lyon BM, MS 1552, p.230-32 - Toulouse BM, MS 855, f°120v-122r

Mots Clefs
Chambre de justice, financiers, Fagon, Des Forts, Chrétien de Lamoignon, Portail, Fourqueux, Rouillé, duc de Noailles, Enguerrand de Marigny