Journée calotine en deux dialogues

[Bosc du Bouchet]

Journée calotine en deux dialogues

JOURNEE / CALOTINE / en deux dialogues. / I. / Association de la République babinienne / au Régiment de la Calotte. / II. / Oraison funèbre du général Aimon Ier / [orn typo] / A MOROPOLIS / Chez Pantalon de la Lune, / Imprimeur et libraire ordinaire du / Régiment. / [filet] / l’an 7732 de l’ère calotine.

(1-2), 3-121, (124) Errata, + Epitaphe très joliment dessinée d’Aymon.

A8-H8

BN Z.17183

 

Premier dialogue, entre Alsérès et Urcegor, mélange de prose et de vers. Une allusion au Poème calotin (p. 7) ne laisse subsister aucun doute : l'auteur est bien le même : Bosc du Bouchet.

L’anecdote serait l’association d’une supposée république babinienne, sise probablement en Pologne, qui ressemblerait au régiment de la Calotte, sans qu’on en sache bien plus. Il y a un long passage en latin, des statuts communs, etc. Tout cela, parfaitement délirant.

 

II

Après un autre dialogue des deux mêmes interlocuteurs, on trouve :

Oraison funèbre d’Aimon premier dont on extrait ce passage :

Aymon embrassa la querelle de notre langue et, devenu son défenseur, il déconfit la troupe des révoltés qui s’étaient donnés le nom de néologistes, par un décret dont la force et la beauté le rendront à jamais célèbre (or. fun. d. T.). Il se porta avec une vigueur extraordinaire dans cette affaire, dont sa pénétrante sagacité lui fit connaître toute l’importance ; car il sentit que le dessein de ces brouillons était d’escamoter, d’usurper par ruse et par surprise sur la calotte, le beau droit qui lui appartient incontestablement d’être la reine du langage et de régler à son gré le sort des morts et des façons de parler. […] Ainsi Aymon s’opposa-t-il toujours aux entreprises de ces néologistes qui se faisaient encore appeler les apédeutes ou littérateurs érudits. Il ne put souffrir ni leur français gonflé de grécismes et de latinismes, ni leur latin farci de gallicimes. (100-101) (avec de très nombreuses citations de l’oraison funèbre de Torsac).

Presque tout le texte d’ailleurs se présente comme traduit du latin, d’ailleurs longuement cité.

Au total, la logorrhée d'un authentique fou littéraire.

 

Numéro
$4490


Année
1732

Notes

Texte partiellement repris


Références

BnF Z.17183

Mots Clefs
Calotte, Journée calotine en deux dialogues par Bosc du Bouchet,