Brevet contre le parquet

Brevet contre le parquet

De par le dieu de la marotte,

Nous, général de la calotte,

Salut au parquet girardin.

Comme il paraît qu’il est enclin

À donner dans le ridicule,

Qu’ignorance chez lui pullule,

Et qu’il va chercher des raisons

Tout droit aux Petite-Maisons,

De plus qu’un esprit de vertige

Toujours le guide et le dirige,

Qu’il est réfractaire à la loi,

Sans nul honneur, sans nulle foi,

Qu’il reconnaît pour légitimes

Les noirs forfaits, les plus grands crimes,

Et que dans le sang innocent

Il s’est plongé si méchamment

Pour pouvoir sûrement absoudre

Un mortel digne de la foudre

Qui jusqu’aux pieds de ses autels

Offense les dieux immortels.

Voulant cependant qu’on excepte

Ceux qui suivent notre précepte

De ce fameux parquet cassant

Nos ennemis, Trez, Seguiran,

Que nous déclarons inhabiles

À nous être jamais utiles,

Attendu que trop de raisons

Les guident ; partant, concluons

Pour marquer notre gratitude,

En ce jour de sollicitude,

Envers cet illustre parquet,

Il sera le faiseur d’arrêt

À jamais de notre brigade,

Ayant même nom, même grade

Dans notre fameux tribunal

Qu’il a dans celui provençal

Et pour lui donner sûres rentes,

Lui déléguons par ces présentes

La fumée de tout l’encens

Qu’on brûlera dorénavant

Dedans le temple de Mémoire

À son honneur comme à sa gloire

Pour avoir jugé que Girard,

Bien loin de mériter la hard,

Pour sa sainteté des plus grandes

Devait avoir une légende.

Numéro
$4574


Année
1731

Description

46 vers

Notes

Une autre version en 50 vers avec de nombreuses variantes en $1982.


Références

Turin, p.174-76

Mots Clefs
Calotte, jansénisme, Brevet contre le parquet du parlement d'Aix, Girard / Cadière