Arrêt des Seigneurs Régents de la Calotte en faveur de Jacques Colombat

Arrêt des Seigneurs Régents de la Calotte
en faveur de Jacques Colombat
Nous, les Régents de la Calotte,
Assemblés à très bonnes fins,
Vu la requête et la prière
De Colombat notre libraire
Et seul imprimeur de l’État ;
Faisant droit audit Colombat,
Digne membre de la Marotte
Et pourvu de double calotte,
Après très mûre attention,
Ordonnons confiscation
Dudit ouvrage à papier sale
Des hoirs de Brandmyller à Bâle,
Imprimé frauduleusement,
Intitulé fort hardiment
Les Mémoires de la Calotte,
Avec épître et mainte note,
Au grand mépris du Mandement
Du chef de notre Régiment,
Le grand Torsac, dont la mémoire
Doit vivre à jamais dans l’histoire.
Enjoignons à tous calotins
Qui rencontreront sous leurs mains
Des exemplaires de ces Suisses
D’en faire plier des saucisses,
Boudins, jambons et cervelas
Et torcher les et cœtera.
Voulons par surcroît de tendresse
Qu’il soit bientôt mis sous la presse,
Par le sieur Jacques Colombat
Un recueil juste et bien exact
De tous nos Édits, Ordonnances,
Brevets, Lettres de récompenses.
Que ce libraire signe au bas
Pour qu’on ne s’y méprenne pas.
Lui permettons, de plus, de vendre
Le volume qu’on doit attendre
Le double au moins de sa valeur
Sans qu’il soit taxé de voleur.
Mandons aux gens de la Marotte,
Portant simple et double calotte
Et même triple, d’avoir un
De ces exemplaires chacun,
Qui leur servira de bréviaire.
Fait l’an de l’ère calotière
Sept mille sept cent vingt-cinq,
De l’onzième lune le vingt.

 

Numéro
$4314


Description

46 vers


Références

1726,3 - Bordeaux BM, MS 700, , f°208r-211r - Lille BM, MS 66, p.268-69

Mots Clefs
Calotte, Arrêt des Seigneurs Régents de la Calotte en faveur de Jacques Colombat, seul imprimeur du Régiment