Sans titre

À griller en enfer l’on te dit condamnée1 !
Nous te plaçons en meilleur lieu :
Tu verras de rayon ta tête couronnée,
Si la voix du peuple est encore la voix de Dieu.

  • 1. 6 septembre b. Mlle Contat admirée comme une actrice aimable, méprisée comme une coquine, vient de réaliser à Barege, ce que l’on raconte de Cartouche, qui volait d’une main et faisait des charités de l’autre. Tous ceux qui arrivent de Barege, attestent que cette comédienne, non contente d’avoir distribué quelques louis aux pauvres de ce lieu, après avoir rempli à Toulouse son engagement de dix représentations, en a fait afficher une onzième au bénéfice des pauvres de Barege. Elle est revenue avec le produit de cette représentation, et a prié secrètement une dame de distinction très charitable elle-même, de faire la distribution de cette somme. Cependant les lettres de Toulouse, comme elle s’en doutait sans doute, ont bientôt décelé la bienfaitrice : les pauvres se sont rassemblés ; ils ont mis la musique du pays à leur tête, et se sont rendus chez Mlle Contat, à laquelle ils ont offert le quatrain suivant (M.).

Numéro
$2630


Année
1787

Description

Quatrain


Références

Mémoires secrets, XXXV, 492

Mots Clefs
Célébration de Mlle Contat, comédienne et bienfaitrice des pauvres de Barège