Épitaphe sur M. Brillon de Jouy, curé de Saint-Roch,

Épitaphe sur M. Brillon de Jouy, curé de Saint-Roch,

qui mourut au bout de l’année révolue de sa prise de possession1
C’est ici la dernière place
Où dans moins d’un an furent mis
Deux apôtres dont les avis
Ne s’accordaient pas sur la grâce.
Dieu qui les a mandés tous deux
Pour éclaircir le mystère,
Évoquant la querelle aux cieux
Sur cela nous montre à nous taire.

  • 1. Vers sur les deux derniers curés de Saint-Roch, dont l'un était grand janséniste [l'abbé Bence] et le dernier, nommé Brillon, moliniste ; le premier fort aimé de tous les paroissiens et le second très mal reçu; ils n'y ont été qu'un an chacun (Barbier).

Numéro
$3546


Année
1739

Description

Huitain

Notes

Sur les deux curés de Saint-Roch de différents sentiments, morts en un an. (BHVP)


Références

Clairambault, F.Fr.12708, p.331 et 383 - Maurepas, F.Fr.12635, p.177 -  Maurepas, F.Fr.12635, p.199 - F.Fr.13662, f°180v - F.Fr.15149, p.218 - F.Fr.15231, f°255r - Arsenal 3128, f°265r - Mazarine 2356, f°69r - BHVP, MS 659, p.113 - BHVP, MS 665, f°285 - Barbier, III, 169

Mots Clefs
Jansénisme, Brillon, curé de Saint-Roch, mort