Aux jésuites

             Aux jésuites1

Vous que tout l’univers déteste,

Monstres affreux, société funeste,

Qui partout ne cherchez qu’à nuire,

Écoutez ce que je vas dire.

Autrefois dessus votre porte,

Comme tout le monde rapporte,

L’on voyait le chiffre divin

Gravé par une habile main

Sur un marbre ou sur une pierre ;

Sur quoi ? ce n’est pas une affaire ;

Mes bons Pères, passons au fait ;

Qu’une si légère dispute

Ce soit pas ce qui nous rebute,

Ni ce qui me rend plus distrait.

Sitôt que de Louis le Grand

Vous surprîtes les bonnes grâces

Sans délibérer un moment

Chacun de vous veut qu’on enchâsse

Pour un superbe monument

Collège de Louis le Grand

Votre troupe, fertile en assassins,

En choisit un parmi sa bande

Qui va porter sa meurtrière main

Sans craindre aucune réprimande

Sur le sacré nom de Jésus.

Je frémis de le dire et demeure confus.

Un coup de marteau fit l’affaire

Un scélérat jésuite osa jeter par terre

Un nom qui fait trembler les cieux,

Redouté des mortels, des démons furieux.

À présent que Louis est mort

Et qu’avec lui votre puissance

Pourra tomber en décadence

Écoutez, jetez-moi dehors

Cet écriteau que chacun blâme.

Ne craignez point qu’on vous traite d’infâmes

Si vous voulez ainsi qu’auparavant

Être appelés de Jésus les enfants.

Mettez sur votre porte écrit

Ce nom que vous avez proscrit

Car mes pères, pour moi je vous dit ce secret

Je vous ai cru jusqu’à présent

Compagnons de Louis le Grand

Mais ma foi, nous voilà pris dans le trébuchet.

 
  • 1. Contre les jésuites, au sujet du nom de jésuite qu'ils ôtèrent de dessus leur porte pour y mettre celui du roi.

Numéro
$6848


Année
1715

Description

45 vers


Références

F.Fr.12500, p.404 - BHVP, MS 551, p.229-41 (erreur de pagination)

Mots Clefs
Jansénisme, jésuites, collège Louis le Grand