Les Mousquetaires

 Les mousquetaires1
Jadis vous étiez pleins d'honneur2,
Mousquetaires, gens intrépides,
De votre nom seul la terreur
Rendait les ennemis timides ;
Mais vous n'êtes plus à présent
Que les pousseculs du Régent.

L'archer de l'échelle est vengé,
Puisque vous faites son office,
L'archer du grand prevôt trompé
Ne vous appelle avec justice
Que les pousseculs du Régent
Pour arrêter le Parlement.

Archers du Cromwell des Français,
Jeunesse autrefois redoutable,
Vous ternissez tous vos exploits
Par un ministère exécrable,
En arrêtant, le sabre en main,
Feydeau, Blamont et Saint-Martin3.

Toi qu’on a vu par tes forfaits
Tout près d’aller à la potence4,
Considère ce que tu fais
Pour satisfaire ta vengeance.
Peux-tu traiter les parlements
Comme tu traitais les boucaux?

  • 1. Autres titres: 1719. Sur MM. les mousquetaires (Arsenal 2930) Chanson sur les mousquetaires qui ont enlevé… le président Blamont (Arsenal 3132) Chanson sur les mousquetaires qui ont enlevé avec des lettres de cachet la nuit du dimanche au lundi 29 août 1718 M. le président de Blamont et MM. de Saint-Martin et Feydeau, conseillers, pour les conduire au lieu de leur exil par ordre de M. le Régent. (Arsenal 2961)
  • 2. Jadis, vous fûtes (F.Fr.15131)
  • 3. Le Parlement s’étant encore assemblé, malgré la défense expresse qui lui avait été faite au lit de justice, d’Argenson résolut de l’abattre par un dernier coup d’éclat. « Le 29, à une heure après minuit, dit Barbier, trois maîtres des requêtes se transportèrent avec vingt mousquetaires chacun et des carrosses à six chevaux pour arrêter M. le président de Blamont, M. de Saint‑Martin et M. Feydeau de Calende, jeune homme de trente ans, fils du président Feydeau (tous les trois de la quatrième des enquêtes), et mettre le scellé chez eux sur leurs papiers. Chez M. de Saint‑Martin le portier ne voulut point ouvrir la porte. On avait des haches toutes prêtes avec lesquelles on enfonça la porte. On les mit dans un carrosse, chacun avec un laquais à eux, et ils partirent à trois heures du matin pour le chemin de Montlhéry, chaque carrosse escorté de seize mousquetaires, avec un brigadier. » De Blamont fut conduit aux îles Sainte‑Marguerite, Feydeau à l’île d’Oléron, Saint‑Martin à celle de Ré. (R)
  • 4. M. d'Argenson à qui la chambre de justice voulait faire son procès.

Numéro
$0312


Année
1718

Sur l'air de ...
Confiteor

Description

3 x 6

Notes

Clairambault, F.Fr. 12697 n'a pas le deuxième couplet et le remplace par $0308. De même Arsenal 2961.


Références

Raunié, III,79-80 Arsenal 2937, f°268r-268v - - Clairambault, F.Fr.12697, p.101d, (incomplet et fautif) - Maurepas, F.Fr.12629, p.327 - F.Fr.12673, p.292 (deux premiers couplets) - F.Fr.15131, p.231 (trois premiers couplets) - F.Fr.15136, p.233-34 - Arsenal 2930, p.315-16 - Arsenal 2961, p.520-21 - Arsenal 3115, f°184r  (couplets 1 et 3) - Arsenal 3132, p.401-02 - Arsenal  3115, f°184r - Mazarine, MS 2163, p.413 - Mazarine MS 2166, p.52

Mots Clefs
Arrestation, Feydeau, Blamont, Saint-Martin, parlementaires, 1er marquis d'Argenson, Parlement