Sans titre

Peuple aveugle et séduit, ton erreur est grossière

D’invoquer un Pâris et d’honorer sa bière.

Malheureux partisans d’un dangereux écrit

Qui combat en cent points la loi de Jésus-Christ,

Imprudents novateurs, quoi ! dans l’Église même

Vous osez encenser l’erreur et l’anathème ?

Sans respect pour le droit, et civil et divin,

Plus fougueux que Luther, plus fourbes que Calvin,

Défenseurs prétendus de la saine morale,

Zélateurs indiscrets justement foudroyés,

Mais toujours applaudis d’une vaine cabale,

Plutôt profanateurs que vrais persécutés

Votre secte maudite et toujours mal éteinte

Ne laissera jamais le fidèle au repos

À moins qu’un bras vengeur de la loi pure et sainte

Du monstre renaissant ne brise enfin les os.

Numéro
$8229


Année
1731

Description

16 vers


Références

[Suite de $0723] Le lendemain, 11 août, pour répondre à cette épitaphe, un catholique mit sur le tombeau du saint ces vers sur les rimes de l’épitaphe de M. Arnauld par Boileau.

Mots Clefs
Jansénisme, vers sur le tombeau de Saint-Médard