Sans titre

Puisse ton homélie, O pesant Mirabeau1,
Assommer les voleurs qui gâtent nos affaires.
Un fripon converti doit servir de bourreau
Et prêcher sur l’échelle en secourant ses frères.

 

Puisse ton homélie, infernal Mirabeau2,
Écraser les fripons qui gâtent nos affaires !
Un voleur converti doit devenir bourreau
Et prêcher sur l’échelle en rouant ses confrères.
(Correspondance secrète)

 

Réponse du comte de Mirabeau :
Pour un bourreau tu m’as choisi :
Un roué s’y connaît sans doute !
Mais ne crois pas que je redoute
Un criminel que j’ai flétri.

  • 1. 20 mars 1787 — On a répondu à la violente brochure du comte de Mirabeau par l’épigramme suivante, moins dure (M.).
  • 2. Les épigrammes et les satires auxquelles a donné lieu la guerre que le comte de Mirabeau fait à l’agiotage sont d’un genre atroce. On attribue celle-ci à M. de Beaumarchais, au sujet de la dénonciation  - On attribue aussi cette épigramme à Rivarol (M)

Numéro
$2618


Année
1787

Description

Quatrain


Références

Mémoires secrets, XXXIV, 307 - Correspondance secrète, t.II, p.132 - Choix d'épigrammes, p.206

Mots Clefs
Réponse à la violente brochure de Mirabeau