Sans titre

Si vous voulez du Parlement1,
Baisser l’humeur hautaine,
Croye-moi,  Monsieur le Régent,
Envoyez-les à Fresne2 ;
C’est un lieu de correction,
La faridondaine, la faridondon,
Là d’Aguesseau s’est converti3, biribi,
A la façon de Barbari, mon ami.

  • 1. Si tu veux de ton parlement (F.Fr.15143)
  • 2. Pour abaisser du Parlement / La fierté trop hautaine / De Pontoise, trop doux Régent / Fais-les passer à Fresnes (Marais)
  • 3. On reprochait au chancelier d’avoir approuvé la translation du Parlement à Pontoise, lui qui avait été si longtemps avocat général et procureur général dans la compagnie. On s’étonnait également de le voir entrer ainsi dans les desseins de Law, qui avait été naguère la cause de sa disgrâce et de son exil à Fresne. Marais et Barbier affirment que le chancelier refusa de sceller la déclaration de translation, et que, sur son refus, le Régent la scella lui‑même. (R)

Numéro
$0383


Année
1720 (Castries)

Sur l'air de ...
La Faridondaine (Castries)

Description

Huitain dont refrain


Références

Raunié, III,199-200 - Clairambault, F.Fr.12697, p.366 - Maurepas, F.Fr.12630, p.200 et 272 - F.Fr.15143, p.183 - Arsenal 3231, p.536 - Arsenal  3115, f°193 - Mazarine Castries 3983, p.34 - Marais, I, 228

Mots Clefs
Parlement, Pontoise, exil, d’Aguesseau