Requête des harengères de Paris au Roi

Requête des harengères de Paris au roi1
Sire, les dames harengères,
Si chères à vos grands-pères,
Se prosternent à vos genoux
Dans ce jour pour elles si doux,
Pour vous témoigner par leurs larmes
Dans quelles affreuses alarmes
Pendant trois jours j’avons été
En sachant Votre Majesté
Entreprise de maladie
Au péril de sa chère vie.
Jamais ne fut un tel tourment ;
Quand j’apprîmes soudainement
Une si terrible nouvelle,
Hélas ! notre pauvre cervelle
En fut revirée à l’envers.
Les quatre coins de l’univers
Ont retenti de nos complaintes.
J’avons invoqué saints et saintes
Et Notre-Dame de Paris,
Ensuite monsieur saint Louis,
La bonne sainte Geneviève,
Qui fut plus raisonnable qu’Ève,
En n’écoutant aucunement
Les discours du malin serpent,
Qui, toujours furieux contre elle,
Ne put éteindre sa chandelle ;
Et partant elle a mérité
De secourir cette cité.
Dès qu’on eut découvert sa chasse
Maudite fièvre en eut la chasse.
Et cinquante gardes du corps,
Pénétrés d’un très vif remords,
Y coururent en diligence
Pour pouvoir gagner l’indulgence,
Et recevoir avec ferveur
Le corps de notre Rédempteur,
Ce qui parut tant exemplaire,
Que chacun ainsi voulut faire,
Afin que tous les gens de bien
Sauvassent le roi très chrétien.
Oh ! que votre convalescence
Ressuscite notre espérance !
Jamais le plus long avenir
N’effacera le souvenir
De votre âme vraiment royale
De ce qui se fait à la halle,
Dans la rue et dans les maisons.
Tant de dévotes oraisons,
Par votre prélat ordonnées,
Vous promettant longues années,
Pendant lesquelles, Dieu aidant,
Votre peuple sera content.
Ce que je jugeons par vos livres,
Sur les fleuves qui portent vivres,
Et coulent si rapidement
Vers ce furieux élément
D’ou je retirons les marées,
Tant les douces que les salées,
Ce qui nous annonce déjà
Que l’abondance régnera
Dans le royaume de la France
Qui fait grande réjouissance,
Criant partout : Vive le roi !
Et son gouverneur Villeroy !
Avec nous, madame la Seine,
De toutes rivières la reine,
Vient se présenter en son rang,
Pour purifier votre sang,
Et vous offrir par ces prémisses
Cent trente grosses écrevisses
Qui valent trente écus au moins.
Nous avons donné tous nos soins
Pour qu’on porte sur votre table,
Vendredi, jour très vénérable,
Et pour nous jour si précieux,
Un esturgeon très monstrueux.
Nos poissonneurs, avec leurs harpes
Nous font espérer une carpe,
Que tous nos gens nous ont avoué,
Depuis le temps du bon Noé
N’avoir fait si belle fortune
Sur l’empire du dieu Neptune.
Ainsi vous aurez pour ce jour
Cette carpe pour votre cour,
Pour les princes et les princesses,
Pour les ducs et pour les duchesses,
Pour les abbés et les prélats
Pour les robins, pour les soldats,
Pour les gens de la pharmacie
Qui vous ont prolongé la vie ;
Dont Molière, comédien,
Pour cette fois dirait du bien.
Sachez du moins, aimable sire,
Qu’aucune de nous ne désire,
Pour si magnifique présent,
D’avoir de l’or ni de l’argent :
Seulement, à notre manière,
Je vous faisons une prière,
Et la faisons de tous nos cœurs ;
Rendez-nous tous nos bons docteurs
Exilés en mainte province
Pour un sujet, dit-on, fort mince ;
S’ils ont fait bien, s’ils ont fait mal,
Dieu le sait, et le cardinal,
J’entendons celui de Noailles,
Dont nous avons vu les entrailles
Toutes pleines d’anxiété
Par rapport à votre santé.
Je ne savons pas l’efficace,
Ni tous les dogmes de la grâce,
Mais je savons certainement
Que ces prêtres à tout moment
Nous rendaient mille bons offices
Sans attendre des écrevisses,
Non ! pas même un remerciement ;
Pour l’amour de Dieu seulement.
D’Asfeld expliquait l’Écriture
De façon si claire et si pure
Que les plus simples l’entendaient
Et les plus méchants s’amendaient.
Il faut bien vendre des coquilles
Pour pouvoir marier nos filles
N’ayant plus là le franc Rollin,
Ni le célèbre Tabourin,
Qui formait dans le séminaire
Tant de clercs pour le sanctuaire
Et faisait asseoir nos enfants
De la Sorbonne sur les bancs.
Bégon, frondant contre l’usure,
Faisait souvent, par aventure,
Que les richards, gratuitement,
Nous prêtaient, même largement.
Qui ne sait par expérience
Combien le cas de conscience
Décidé par un bon docteur,
Tel que Lefèvre, est de valeur ?
Maillard, vicaire charitable,
Plus de cent fois quitta la table
Pour venir calmer nos maris
Quand par malheur ils étaient gris ;
Ou pour les empêcher de boire,
Je les menions à l’Oratoire,
Où Roger touchait tant leurs cœurs,
Que souvent ils versaient des pleurs.
Je ne parlons point de cent autres,
Qui vivent comme les apôtres,
Qui nous confessaient à ravir,
Et nous aidaient à bien mourir,
Et je pouvons bien dire à vivre,
Car leur morale, qu’il faut suivre,
Nous faisait vendre nos merlans,
Nos goujons et nos éperlans.
Disons hautement, d’un ton aigre,
Que tout chrétien doit faire maigre,
A moins qu’il ne soit alité
Ainsi que Votre Majesté,
Pour laquelle notre tendresse
A fait dire plus d’une messe,
Et maint Te Deum laudamus
Et plusieurs autres Oremus,
En espérant de sa clémence,
Pour fruit de sa convalescence,
Pendant que je dirons Vivat !
Qu’elle nous répondra Fiat !

  • 1. Cette pièce se rapporte à deux événements de l’année 1721 : Ia maladie de Louis XV et l’exil des nouveaux appelants. Elle a dû être composée dans les premiers jours du mois d’août 1721. (R)

Numéro
$0491


Année
1722

Description

164 vers


Références

Raunié, IV,116-22 - Mazarine, MS 4035, Pièce 12. Imprimé, 4 p. in-4° avec pour titre: Nouvelle édition de la Requête des harengère de Paris, corrigée et augmentée. 

 

Mots Clefs
Jansénisme, Retour des appelants, Louis XV, convalescence, harengères