Requête à M. de Pontchartrain

Requête à M. de Pontcharrain par le S. L'amoureux, juge de Cayenne pour se justifier contre les jésuites
Ministre du plus grand de nos rois
Sur qui ma fortune se fonde,
Pour vous faire entendre ma voix
Je viens exprès du nouveau monde,
Je viens défendre mon honneur.
Un moine m’a pris à partie
Et par la voix d’un imposteur
Il prétend de flétrir ma vie.
Ce procédé n’est pas nouveau
Leuer haine, toujours implacable,
Fouille la terre, l’air et l’eau.
Pour rendre un innocent coupable
Je connais leur mortel poison
Je méprise leur politique
Mon innocence aura raison
Si devant vous elle s’explique.
Si contre le droit, l’équité
Ils vous montrent une sentence,
Je consens que votre main lance
Le foudre que j’ai mérité.
Mais si les droits et la droiture
Ont toujours guidé ma raison,
Souffrirez-vos que l’imposture
Répande sur moi son poison ?
A leurs certificats j’en opposerai d’autres
Pour en marquer la fausseté
Sur la foi de pareils apôtres
A-t-on jamais connu la simple vérité ?

Numéro
$1814


Année
1715

Auteur
le S. L’Amoureux, juge de Cayenne

Description

28 vers


Références

F.Fr.10475, p.139 - Maurepas, F.Fr.12645, p.121

Mots Clefs
Jansénisme, Requête à M. de Pontcharrain par le S. L'amoureux, juge de Cayenne pour se justifier contre les jésuites