Morale des jésuites sur la fréquente communion

Morale des jésuites sur la fréquente communion

Pour la céleste patrie

Tes sentiers sont toujours droits ;

En vain Arnauld les décrie

N’y voyant jamais de croix.

La femme qui se déborde,

L’homme de sac et de corde,

Par ton art sont bons chrétiens,

Et sans cesse tu boulanges

L’adorable pain des anges

Pour les hommes et les chiens.

Numéro
$6291


Description

Dixain


Références

F.Fr.12800, p.267 - Arsenal 2976, p.191

Mots Clefs
Jansénisme, Morale des jésuites sur la fréquente communion