Statuts des philosophes en belle humeur

Statuts des philosophes en belle humeur
Celui qui veut être compté
Dans notre confraternité
Ne sera trop fou, ni trop sage :
Dans le milieu la vertu gît,
Un ingénieux badinage
Produit la joie et la nourrit.

Point de pédant, c’est une race
Qui décide avec trop d’audace,
Dont tout le monde est révolté :
Si quelqu’un en usait de même
Au fond de l’Université
Envoyonsle dicter un thème.

Item, excluons pour jamais
Tous les railleurs à malins traits,
Les gens à langue envenimée ;
Et nous ne voulons plus de sel
Dont la pointe de fiel trempée
Porte à l’honneur un coup mortel.

Nous admettons la raillerie
Quand l’heureuse et vive saillie
En assaisonne l’agrément.
Nous choisissons le sel attique
Qui chatouille plus qu’il ne pique
Et qui corrige en badinant.

Point de misanthrope entre nous,
C’est genre semblable au hibou,
Qui vit comme bête farouche :
De fiel le grondeur se nourrit ;
Soit qu’il se lève ou qu’il se couche
Dans son âme il est toujours nuit.

Que les confrères soient affables,
Doux, courtois, humains, sociables,
Complaisants, polis sans fadeur :
Que d’égards chacun se prévienne,
Qu’en eux revive la candeur
Avec l’urbanité romaine.

Dans la dispute point d’aigreur ;
Dans les manières point d’humeur ;
Dans le jeu pas de pétulance ;
Ces défauts dans l’excès portés,
Quoique légers en apparence,
Détruisent les sociétés.

Ne disputer que pour s’instruire,
Savoir à propos se dédire,
Être au jeu désintéressé,
Ce sont d’aimables caractères
Qui doivent se trouver tracés
Dans le cœur de tous les confrères.

Le convive à table placé
Aura l’esprit débarrassé
Des soins qui traversent la vie ;
Point de ces hommes inquiets
Dont la tête est toujours farcie
De mille frivoles projets.

On ne forcera point à boire ;
Le sage ne met point sa gloire
A triompher de la raison ;
La pointe de vin est permise ;
Notre auteur est le vieux Caton ;
Rien de trop est notre devise.

Parmi nos tranquilles plaisirs,
Que de ses amoureux désirs
Nul ne vienne mêler l’absinthe ;
Fermons l’entrée au noir souci ;
Aux genoux de la fière Aminthe,
Qu’on laisse l’amoureux transi.

Point d’âmes mesquines et basses,
Point de ces avarices crasses
Qui font honte à l’humanité.
Si nos fortunes sont bornées,
C’est dans la médiocrité
Que brillent les âmes bien nées.

Comme toute société,
Sans une pleine liberté,
N’est qu’une ombre qui se dissipe,
Nous statuons tous de concert,
Comme un fondamental principe
De ne parler qu’à cœur ouvert.

Point de confrère impénétrable,
Que l’épanchement de la table
N’excite jamais à s’ouvrir ;
Une excessive retenue
De nos repas doit se bannir :
Le parleur en chiffre nous tue.

Entre nous jamais de débat
Sur les affaires de l’État ;
Tel sur cette matière brille,
Qui, par son indiscrétion
De son repas à la Bastille
Va faire la digestion.

Il est mille bons mots pour rire
Qu’en sûreté nous pouvons dire
Et qui serviront d’entretien.
Mais l’abrégé de la prudence
Est de savoir ne dire rien
Dont on craigne la conséquence.

Pour en revenir aux bons mots,
Nous ne les dirons qu’à huis clos,
Sans que d’autres en puissent rire :
Le plus innocent tour d’esprit
Est toujours, sitôt qu’il transpire
Avec malignité redit.

Gardons entre le molinisme
Et le scrupuleux jansénisme
Une exacte neutralité.
Partout la grâce est un mystère,
Respectonsen l’obscurité
De quelque façon qu’elle opère.

Sur la bulle Unigenitus
Entre les confrères motus ;
Sur nous ne donnons point à mordre.
Le pape est infaillible ou non,

Mais le clergé de second ordre
Ne saurait faire le canon.
Ainsi fut par nous arrêté :
De toute la société
C’est le résultat unanime ;
Tout postulant sera proscrit
S’il est ici quelque maxime
A laquelle il n’ait pas souscrit.

 

Numéro
$0506


Année
1722 / 1738

Sur l'air de ...
Rochellois / Prévôt des marchands (F.Fr.9352)

Description

20 x 6

Notes

$506, $1691 et $1692 forment un étrange ensemble, qu’un renvoi à un « surintendant Trancard » n’éclaircit guère. L’un propose des Statuts des philosophes en belle humeur ($506) formant un ensemble de 20 sixains ; l’autre onze sans titre, mais le premier vers (Trancardines et Trancardins) en tient lieu, suivi d’un ensemble de sept couplets sous le titre d’Hymne des Trancardins. Ils ont douze couplets en commun. $506 présente donc huit couplets originaux et $1691 six. L’inspiration est identique dans les deux cas : éloge d’une société d’égaux raisonnables réunis pour des agapes fraternelles, évitant toutes les querelles du moment, renvoyant par exemple dos à dos molinistes et jansénistes. On pense bien entendu aux statuts d’une confrérie d’inspiration maçonnique. Les dates varient sensiblement: 1720 (Arsenal 2931) / 1722 (F.Fr.9352 /1738 (Clairambault).


Références

Raunié, IV,161-66 - Clairambault, F.Fr.12708, p.75-77 - Arsenal 2391, f°20v-23r - F.Fr.9352, f°42r-44v - F.Fr.12800, p.431-35 - BHVP, MS 659, p.27-33

Mots Clefs
francs-maçons ?, philosophes en bonne humeur