Sans titre

                   Première

Pour remplir la place vacante1,

En dépit du qu’en dira-t-on,

Nous avons élu Chabanon,

Disait Suard, l’un des quarante.

Eh ! D’où naît sa prétention,

Reprit quelqu’un, par quel ouvrage

A-t-il donc illustré son nom ?

Comment ? Il a rimé Byron

En style aussi correct que sage.

Mais l’entendait-il ? À quoi bon ?

Quand j’ai traduit le Robertson,

L’entendais-je, moi, davantage ?


                  Seconde

Connaissez-vous Monsieur de Chabanon,

Non.


Qui mit la musique en sermon,

Non


Il est, dit-on, un excellent violon,

Bon


D’ailleurs homme de bien,

Chien


Enfin il est académicien,

 

Bien !

  • 1. À propos d’Académie, la réception de Monsieur de Chabanon, qui a étonné tout le monde littéraire, ne pouvait manquer de donner lieu à des épigrammes. Il en court deux en manuscrit, que voici. La seconde a été faite à l’instar de celle qui fut composée dans le temps contre M. Suard, dont l’admission dans cette Compagnie ne surprit pas moins1[./fn]

Numéro
$8540


Année
1780

Description

12 vers


Références

CLK, Mars 1780, t. VII, p. 262

Mots Clefs
Académie française - Election controversée de M. de Chabanon