Sans titre

Vers sur le retour du Parlement

Augustes sénateurs, favoris de Thémis,

Malgré la malice et l’envie,

Vous avez sauvé la patrie,

Vous avez triomphé de vos fiers ennemis !

Un prélat insolent, contre votre courage

Vainement déploya sa fureur et sa rage.

Vous avez éclairé Louis.

L’on ne citera plus ce décret ridicule

Lancé contre l’écrit de l’enfant de Bérulle.

Il sera permis d’aimer Dieu

Et de publier en tout lieu

Que, malgré l’ordonnance injuste

Du pontife élevé sur le trône d’Auguste,

Il n’est jamais permis de blesser son devoir.

Ni de manquer au prince auguste

A qui la nation a remis son pouvoir.

En dépit du docteur dont la morale impure

Combattit tant de fois la grâce et la nature,

Le sexe qu’on nomme dévot

Lisant la divine Écriture

Pourra savoir tout ce qu’il faut

Pour aller dans les cieux par une route sûre.

Poursuivez, fermes magistrats,

Frappez nos avares prélats

Notre bouche à l’envi chantera vos louanges

Exterminez tous les démons

Qui marchant sur les pas des Brancas, des Beaumonts,

Nous ravissent le pain des anges.

Numéro
$8507


Année
1754

Description

28 vers


Références

CL de Nîmes, p. 248

Mots Clefs
Eloge du Parlement retour d'exil