Épitaphe d'un amant de la Rabon

            Épitaphe

d'un amant de la Rabon

Ci-gît un amoureux trop bon

Qui décéda, brûlé par la chaste Rabon.

Hélas ! Dieu veuille avoir son âme.

Passants, ne plaignez pas son sort,

Car si la Belle eût partagé sa flamme,

Vous entendez de quel mal il fût mort.

Numéro
$8411


Année
1745

Description

Sixain


Références

Gastelier, lettre du 15 avril

Mots Clefs
La Rabon, actrice vérolée